A Lille, un cégétiste en prison sur fond de fichage des manifestants

Par

Antoine, un jeune militant interpellé lors de la manifestation du 17 mai, a été placé en détention provisoire le 19 mai, malgré un dossier vide de toute accusation, hormis celle de s’être débattu. L’Union départementale CGT du Nord réclame sa libération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis cinq jours, un jeune militant de la CGT dort entre les quatre murs d’une cellule de la prison de Sequedin, à Lille. Pour rien, hormis peut-être satisfaire l’appétit policier. Antoine C. a été interpellé le 17 mai dans le cortège syndical lillois, dont une partie venait d’être nassée. Un brigadier de police, suivi de plusieurs autres, l’a exfiltré, il s’est débattu et c’est ce qui lui vaut d’être poursuivi pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ».