Catherine Lemorton condamnée pour avoir licencié une assistante parlementaire en arrêt maladie

Par

L'ancienne présidente (PS) de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a été condamnée par le conseil de prud'hommes pour avoir licencié une assistante en arrêt maladie. Selon notre enquête, ce n'était pas la première fois qu'elle agissait de la sorte, sans oublier un détournement d'argent public au profit de ses enfants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après la défaite politique, la claque judiciaire. L’ancienne députée (PS) Catherine Lemorton, présidente de commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale de 2012 à 2017, a été condamnée par le conseil de prud’hommes de Toulouse pour avoir licencié une de ses assistantes parlementaires en arrêt maladie. « Son mandat de député de la République ne l’exonère en rien de ses obligations liées à son statut d’employeur », est-il écrit dans le jugement, daté du 10 juillet 2017, que Mediapart a pu consulter.