L'amendement sur les élus corrompus n'est pas encore enterré...

Par
Mardi 22 septembre, Mediapart expliquait qu'un député socialiste venait de faire voter un amendement à la loi pénitentiaire, qui supprimait les peines automatiques d'inéligibilité infligées aux élus condamnés pour corruption. Assailli de critiques, accusé d'amnistier les «ripoux», le groupe PS à l'Assemblée a depuis annoncé qu'il renonçait à cette réforme. Mais l'avenir de cet amendement repose désormais entre les mains de la droite...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors qu'un socialiste a fait voter un amendement à la loi pénitentiaire ultra polémique, qui épargne aux élus «ripoux» toute peine d'inéligibilité automatique, l'UMP va-t-elle retirer une épine du pied au PS, en acceptant d'enterrer cette disposition?