Prédistribution? Le nouveau concept politique de Manuel Valls

Par

Personne ne l'a remarqué, mais dans son entretien à L'Obs, Manuel Valls propose ni plus ni moins qu'une refonte de l'État providence. Il s'inspire pour cela d'un terme en vogue dans les cénacles sociaux-démocrates européens, la « prédistribution ». Pour l'heure, c'est dans sa bouche une formule sans contenu précis, d'abord destinée à le distinguer des socialistes « passéistes » qu'il vilipende.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son entretien très commenté à L'Obs, Manuel Valls tance la « gauche passéiste » « hantée par le surmoi marxiste », critique les hausses d'impôts des premières années du quinquennat, propose un contrat unique de travail et lance l'idée d'une « maison commune des progressistes » pour remplacer le PS. Mais, et c'est passé inaperçu, le premier ministre s'aventure aussi sur le terrain de la théorie politique. Au détour d'un paragraphe, il se livre ainsi à une critique en règle de l'État providence tel qu'il existe en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale :