L’indemnité fantôme des domestiques esclaves de Bachir Saleh et de sa femme

Par

En mai 2015, un jugement des prud’hommes a condamné Kafa Kachour, l'épouse franco-libanaise de Bachir Saleh, l'ancien directeur de cabinet de Kadhafi, à verser 222 500 euros à cinq domestiques qu'elle tyrannisait dans sa villa française, proche de Genève, et qui semble désormais à l'abandon. À ce jour, l’argent n’est toujours pas arrivé. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Genève (Suisse), de notre correspondante.-  C’est une offensive médiatique qui n’est pas passée inaperçue. Bachir Saleh, l’homme clé du scandale des financements libyens de Nicolas Sarkozy, aujourd’hui réfugié en Afrique du Sud, veut désormais jouer un rôle de pacificateur dans son pays. Le mois dernier, il a accordé deux entretiens exclusifs : l’un au journal Le Monde, et l’autre à l’hebdomadaire Jeune Afrique titré en une : « Béchir Saleh : “Ma vérité” ». Une vérité toute relative.