Takieddine: «J’ai remis trois valises d’argent libyen à Guéant et Sarkozy»

Par Fabrice Arfi, Karl Laske et Nicolas Vescovacci
Ziad Takieddine, le 12 novembre 2016, dans son appartement parisien. © Pedro Da Fonseca/Premières Lignes Ziad Takieddine, le 12 novembre 2016, dans son appartement parisien. © Pedro Da Fonseca/Premières Lignes

Dans un entretien filmé avec Mediapart, Ziad Takieddine, l’homme qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi, avoue avoir apporté au ministère de l’intérieur, fin 2006 et début 2007, plusieurs valises d’argent liquide préparées par le régime libyen, pour un montant total de 5 millions d’euros. « J’ai découvert des choses qui ne méritent plus d’être cachées », déclare-t-il, en annonçant son intention de « raconter exactement les faits à la justice ».

Takieddine: les coulisses d’un témoignage décisif

capture-d-e-cran-2016-11-16-a-21-38-14

Retour sur le témoignage de l’intermédiaire et homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, révélé ce mardi dans Mediapart, où il raconte avoir remis en 2006 cinq millions d’euros à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, au nom du régime de Kadhafi. Avec Nicolas Vescovacci et Karl Laske.

Comment Djouhri manœuvre la presse pour étouffer l’affaire libyenne

Par Karl Laske et Fabrice Arfi
Alexandre Djouhri, en avril 2014. © Reuters Alexandre Djouhri, en avril 2014. © Reuters

À tu et à toi avec le porte-parole du groupe Lagardère, Ramzi Khiroun, ou le directeur du JDD, Hervé Gattegno, l’intermédiaire Alexandre Djouhri s’est beaucoup dépensé pour orchestrer les démentis ou les contre-offensives médiatiques de l’affaire des financements libyens de Nicolas Sarkozy. L’enquête fait également apparaître un virement au journal Bakchich en 2010.

L'affaire libyenne révèle les liens étroits entre Sarkozy et l'intermédiaire Djouhri

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
sarkozy-supplice

L’intermédiaire Alexandre Djouhri est devenu l’un des objectifs de l’enquête sur les financements libyens. Les enquêteurs ont découvert ses liens avec Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, ou l’ampleur de son réseau médiatique. Révélations sur une proximité hors normes au cœur de la République.

Sarkozy-Kadhafi: révélations sur le circuit des millions de la corruption

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
Claude Guéant, Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy, en juillet 2007, à Tripoli. © Reuters Claude Guéant, Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy, en juillet 2007, à Tripoli. © Reuters

Les juges ont obtenu la communication du témoignage de l’ancien chef du renseignement militaire libyen, Abdallah Senoussi, qui a avoué devant la CPI avoir supervisé le transfert de 5 millions d’euros « pour la campagne de Nicolas Sarkozy ». Un membre des services du protocole libyen a pour sa part affirmé aux policiers qu’au total ce sont 20 millions d’euros qui ont été versés en liquide, plus 30 millions par virements. Deux proches de Sarkozy, Claude Guéant et Boris Boillon, auraient reçu des fonds.

Un carnet consignait en 2007 les millions libyens de Nicolas Sarkozy

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
acap

L’ancien ministre du pétrole libyen Choukri Ghanem, retrouvé noyé dans le Danube en avril 2012, a laissé derrière lui un carnet de notes actuellement exploité par la justice. L’ancien dirigeant y a détaillé, le 29 avril 2007, une série de trois versements destinés à la campagne présidentielle de l’ancien chef de l’État.

Le fantôme de Kadhafi hante toute la droite

Par François Bonnet

Le dossier du financement de la Sarkozie par le régime de Kadhafi ne cesse de s’épaissir. Révélé il y a cinq ans par Mediapart, de nouveaux éléments sont mis au jour par la justice. Les rivaux de Nicolas Sarkozy devraient s’en saisir, au nom de cette nouvelle éthique publique qu’ils revendiquent.

Dati à Hortefeux: «Salut le facho!»

Par Karl Laske et Fabrice Arfi
Rachida Dati et Brice Hortefeux, le 17 décembre 2008, à lÉcole polytechnique de Palaiseau. © Reuters Rachida Dati et Brice Hortefeux, le 17 décembre 2008, à lÉcole polytechnique de Palaiseau. © Reuters

En 2013, Rachida Dati a prévenu Brice Hortefeux des révélations qu’elle pourrait faire au sujet de « l’argent liquide » qu’il a « perçu pour organiser des rdv auprès de Sarko lorsqu’il était président », et « des relations tout aussi liquides » qu’il a eues « avec Takieddine », l’un des intermédiaires de l’affaire libyenne.

Sarkozy, Squarcini et la Libye: les folles écoutes d’Alexandre Djouhri

Par Karl Laske et Fabrice Arfi
Alexandre Djouhri (gauche) et Bernard Squarcini, l'ex-patron du renseignement intérieur © DR et Reuters Alexandre Djouhri (gauche) et Bernard Squarcini, l'ex-patron du renseignement intérieur © DR et Reuters

Des écoutes ordonnées par la justice lèvent une partie du voile sur l’intermédiaire Alexandre Djouhri. Ce proche de Claude Guéant met quotidiennement à contribution l’ancien patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini.  Il est aujourd’hui au cœur de l’affaire des financements libyens.

La mort «hautement suspecte» de Choukri Ghanem, le noyé qui hante Sarkozy

Par Agathe Duparc
Choukri Ghanem, en décembre 2007, alors ministre du pétrole du gouvernement libyen. © Reuters Choukri Ghanem, en décembre 2007, alors ministre du pétrole du gouvernement libyen. © Reuters

Officiellement, l'ancien premier ministre libyen Choukri Ghanem a été victime d’une crise cardiaque, puis s’est noyé dans le Danube en avril 2012. À l’époque, des mails échangés par Hillary Clinton, alors chef de la diplomatie américaine, et ses conseillers évoquaient une mort « hautement suspecte ».

Libye: Sarkozy perd face à Mediapart

Par Edwy Plenel
 © Reuters © Reuters

L’authenticité du document officiel libyen révélé en 2012 par Mediapart et attestant d’un accord de financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, à hauteur de 50 millions d’euros, n’est pas contestée par la justice française. C’est le sens de l'ordonnance de non-lieu rendue, le 30 mai, au bénéfice de Mediapart par les magistrats chargés d’instruire la plainte de l’ancien président pour faux et usage de faux.

Comment Sarkozy et Djouhri ont sauvé le bras droit de Kadhafi

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
 © Reuters et DR © Reuters et DR

Des notes de la DGSE consultées par Mediapart retracent l’épisode de la défection de Bachir Saleh, le directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, lors de la chute du régime libyen en 2011. L’homme clé des financements occultes demande aux agents français l’aide de l’homme d’affaires Alexandre Djouhri. Ce dernier a récemment été perquisitionné par le juge Tournaire.

Les juges percent les secrets de la fuite du bras droit de Kadhafi

Par Karl Laske et Fabrice Arfi
Claude Guéant, Bernard Squarcini, Bachir Saleh et Alexandre Djouhri

Des vérifications téléphoniques prouvent que l’intermédiaire Alexandre Djouhri, proche de Claude Guéant, a bien organisé l’exfiltration de Paris vers le Niger du dirigeant libyen Bachir Saleh, sous le coup d’un mandat et d'une notice rouge d’Interpol, en 2012. Le tout en présence de l’ancien patron des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini.

Derrière l’alibi des tableaux de Guéant, la piste de l’argent libyen

Par Karl Laske et Fabrice Arfi
 © Reuters © Reuters

Alors que l’ancien ministre de l’intérieur assure avoir obtenu, en 2008, 500 000 euros de la vente de deux tableaux d’un maître néerlandais, les investigations révèlent que le banquier soupçonné d’avoir effectué le virement en sa faveur, Wahib Nacer, était l’un des gestionnaires des comptes de Bachir Saleh, le patron du puissant fonds d’investissement libyen en Afrique.

Sarkozy-Kadhafi: des experts valident l’authenticité du document de Mediapart

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
 © Reuters © Reuters

Les juges chargés d’enquêter sur le document publié par Mediapart concernant les financements libyens de Sarkozy en 2007 ont désigné un collège d’experts en écritures. Rendue le 6 novembre, la conclusion des trois graphologues est formelle : la signature figurant sur le document est « de la main de Moussa Koussa », l’ancien chef des services secrets du régime libyen.

Sarkozy-Kadhafi : le tête-à-tête qui a tout changé

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Dès son premier voyage officiel en Libye en octobre 2005, Nicolas Sarkozy a demandé un appui financier à Mouammar Kadhafi lors d’une rencontre en tête-à-tête, selon Ziad Takieddine, présent sur place ce jour-là. Peu après, Brice Hortefeux rencontrait secrètement Abdallah Senoussi, acteur clé de la corruption franco-libyenne, lors d’un déplacement à Tripoli. L’enquête des juges permet de reconstituer petit à petit la mise en place d’un financement occulte en 2007.

Sarkozy-Kadhafi : la vérité qu’ils veulent étouffer

Par Edwy Plenel

La confirmation judiciaire des soupçons de financement de l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy par la dictature libyenne du défunt Mouammar Kadhafi est une nouvelle d’importance. Révélée par Mediapart il y a trois jours, elle est pourtant absente des fils d’agence et de toutes les chaînes d’information en continu. Afin de secouer cette injustifiable indifférence, nous publions l’intégralité du document ignoré par la plupart des médias.

Financements libyens: l’enquête judiciaire conforte le document de Mediapart

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Un rapport de synthèse de la gendarmerie accrédite l’authenticité du document officiel libyen, révélé par Mediapart, sur le financement occulte de Nicolas Sarkozy en 2007. Entendu au Qatar par les juges, l’ancien chef des services secrets du régime Kadhafi, Moussa Koussa, a de son côté affirmé que le contenu du document « n’(étai)t pas faux ».

Sarkozy, un homme en bande organisée

Par Fabrice Arfi

Jamais sous la Ve République un système présidentiel n'aura été cerné de si près par des juges anticorruption. Conseillers, collaborateurs, ministres, amis, magistrats, grands flics, hommes d’affaires… et désormais avocat. Toute la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy a eu affaire à la justice et à la police ces deux dernières années. Inventaire.

Sarkozy se pose en martyr de la justice

Par Michel Deléan
Capture d'écran

L''ex-chef d'État s'en prend vivement à la justice et au pouvoir socialiste. Il crie à une « instrumentalisation politique » de la justice et vise l'une des deux juges en charge de l'affaire Azibert-Hezog, espérant faire oublier les graves soupçons qui le concernent personnellement.

Guerre en Libye : les vérités qui dérangent d’un homme de l’ombre

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

En mai 2011, Pierre Marziali, un ancien militaire français reconverti dans le privé, est tué à Benghazi par des hommes cagoulés. Son associé et ami Robert Dulas raconte dans un livre, Mort pour la Françafrique (Stock), l’histoire de leurs contacts avec le régime libyen. À la tête de la société militaire privée Secopex, les deux hommes avaient recueilli en mars 2011 les aveux du premier ministre de Kadhafi sur l’argent remis aux Français sous la présidence Sarkozy.

50 millions pour Sarkozy : l'accusation de l'ancien chef de l'Etat libyen

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
 © Reuters © Reuters

« Oui, Kadhafi a financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy et a continué à le financer encore après 2007 », écrit le premier chef de l’État libyen après la chute de Kadhafi, Mohamed el-Megarief, dans le manuscrit original d’un livre publié en janvier. « 50 millions ont été versés pendant la campagne électorale », affirme-t-il, révélant « un dernier versement » intervenu en 2009. Mediapart s’est procuré le manuscrit non caviardé par l’éditeur.

Un ambassadeur évoque les financements libyens de Sarkozy

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

L’ex-ambassadeur de France en Libye François Gouyette, aujourd’hui en poste à Tunis, a été entendu fin janvier par les juges. Le diplomate a déclaré qu’un de ses contacts libyens lui avait confirmé, en 2011, « qu’il y avait eu effectivement un financement de la campagne présidentielle de M. Sarkozy ».

Nicolas Sarkozy sur le patron de la DCRI : «Il nous est fidèle, lui ?»

Par Fabrice Arfi

De nouvelles écoutes judiciaires montrent que Nicolas Sarkozy s'est inquiété l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la DCRI dans l'affaire Kadhafi pour l’informer des développements des enquêtes en cours. Les juges sont par contre parvenus à identifier une possible “taupe” de l'équipe Sarkozy, Tristan H., travaillant sur les questions libyennes dans les services secrets. Ils s'interrogent aussi sur le rôle d'un cadre dirigeant d'EADS.

Sarkozy-Kadhafi: l'idée d'une enquête parlementaire revient sur la table

Par Mathieu Magnaudeix et Marine Turchi

Réclamée depuis plusieurs mois par des députés de la majorité, l’idée d’une commission d’enquête parlementaire sur les relations franco-libyennes revient sur la table, après les nouvelles révélations sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy par Kadhafi en 2007. Le sujet a notamment été évoqué par des députés avec le patron du groupe PS.

Retour sur nos enquêtes : l'affaire libyenne de Nicolas Sarkozy

Par La rédaction de Mediapart
Vidéo dans le corps de l'article.

Fabrice Arfi et Edwy Plenel (Mediapart) reviennent sur nos dernières informations.

En finir avec le système Sarkozy et avec l’Etat profond

Par François Bonnet

Une réforme d'envergure de la justice n'y suffira pas. Ce que révèle le nouveau scandale Sarkozy est la construction d’un État profond où l’ex-chef de l’État dispose de relais dans tous les secteurs de la haute fonction publique. Reconstruire un État impartial : c’est une révolution institutionnelle que le pouvoir doit engager.

Ecoutes : le complot de Sarkozy contre ces «bâtards» de juges

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Mediapart révèle la teneur de sept écoutes judiciaires. L’ancien président a mis en place un cabinet noir pour neutraliser les juges qui enquêtent sur lui. Le magistrat Gilbert Azibert est bien intervenu auprès de trois conseillers de la Cour de cassation. L’avocat de Nicolas Sarkozy est informé par une taupe dans l’appareil d’État.

Écoutes de Nicolas Sarkozy : la droite ne sait plus quoi dire

Par Ellen Salvi

Les révélations de Mediapart mettent à mal la stratégie de défense mise en place par les proches de l’ancien président de la République depuis dix jours. Après être largement montés au créneau, les ténors de la droite se murent désormais dans le silence.

Affaire Kadhafi : ce que disent les écoutes de Brice Hortefeux

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
 © dr © dr

Mediapart rend public le contenu d’écoutes téléphoniques de Brice Hortefeux dans l’affaire des financements libyens. Le patron de la police judiciaire parisienne y explique à l’ancien ministre comment se « préparer » à une audition par les juges, en lui signalant des questions qui lui seraient posées et en lui soufflant les documents qu’il devra apporter pour assurer ses arrières.

Argent libyen: le faux témoin de Sarkozy

Par Karl Laske et Fabrice Arfi

Nicolas Sarkozy s’est appuyé devant les juges sur un faux témoignage pour tenter de discréditer l’authenticité d'un document révélé en avril 2012 par Mediapart concernant les soupçons de financements libyens. Les avocats de Mediapart viennent de demander aux juges d'enquêter. Nos révélations sur ce « témoin » montrent qu'il est également visé par plusieurs plaintes en marge de la faillite de la raffinerie Petroplus.

Sarkozy-Kadhafi: un témoin de l’accord financier s’exprime

Par Karl Laske

Tahaer Dahec indique avoir été présent lors des tractations fixant à 57 millions d’euros le montant du financement libyen de Sarkozy, en octobre 2006, à Tripoli.

Kadhafi explique avoir financé Sarkozy dans un enregistrement inédit

Par La rédaction de Mediapart

Dans un entretien enregistré, réalisé en mars 2011, que l'émission Pièces à conviction (France 3) diffuse ce mercredi, l'ancien dictateur libyen confirme avoir financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. « Pour nous, en tant que Libyens, s'il gagne les élections grâce à nos fonds, c'est vraiment un gain », dit-il.

Kadhafi-Sarkozy : « Mon père sait où sont les preuves », affirme la fille Senoussi

Par Fabrice Arfi

La fille de l’ancien chef des services secrets intérieurs libyens, Abdallah Senoussi, a été reçue à l’Élysée en compagnie des avocats de son père, menacé d'être exécuté en Libye. « Mon père est prêt à collaborer avec la justice française pour que la vérité soit faite » sur les soupçons de corruption de Nicolas Sarkozy.

Kadhafi a financé Sarkozy: la confirmation

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Le diplomate Moftah Missouri, ancien interprète de Kadhafi, révèle dans Complément d’enquête (France 2), avoir appris que le régime libyen avait versé « une vingtaine de millions de dollars » à Nicolas Sarkozy, à l'occasion de sa campagne de 2007. Le diplomate confirme l’authenticité du document officiel libyen dévoilé par Mediapart le 28 avril 2012.

Sarkozy-Kadhafi: un dignitaire révèle le circuit de l'argent noir

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

L’ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi révèle à Mediapart le circuit bancaire utilisé pour financer la campagne de Sarkozy. Il livre le nom de la banque de départ : la North Africa Commercial Bank. Il affirme qu’un compte de l’intermédiaire Ziad Takieddine en Allemagne a également été utilisé.

50 millions pour Sarkozy : l'ancien premier ministre libyen confirme

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

« Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L'ancien chef du gouvernement libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, confirme à Mediapart via son avocat, l’existence de la note publiée par Mediapart et le déblocage d'une somme de 50 millions d’euros en 2007 par le régime Kadhafi pour Nicolas Sarkozy. La note a été rédigée sous son autorité directe.

Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Selon un document officiel libyen, le régime de Kadhafi a décidé de débloquer une somme de 50 millions d'euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Le chef des services libyens d'alors y évoque des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l'intermédiaire Ziad Takieddine. « Ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat », confirme ce dernier.

Les documents Takieddine

Par La rédaction de Mediapart

L'ensemble des révélations de Mediapart sur le marchand d'armes, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi.

Kadhafi-Sarkozy : la justice tunisienne savait fin 2011

L’ex-premier ministre libyen Ali al-Mahmoudi avait prévenu la justice tunisienne dès octobre 2011 de son rôle dans le financement politique de Sarkozy en 2007.

Présidentielle 2007: Kadhafi aurait financé Sarkozy

Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur en 2005 et 2007 des visites de Nicolas Sarkozy et de ses proches en Libye, aurait mis en place les « modalités de financement » de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales, et Saïf al-Islam. Un montant de 50 millions d'euros, une banque suisse et un compte à Panama sont évoqués dans ce document.

Sarkozy-Guéant: le grand soupçon libyen

Par Fabrice Arfi et Karl Laske
MM. Sarkozy et Guéant

Mediapart publie une dizaine de documents confidentiels qui dévoilent la face cachée du cabinet de Nicolas Sarkozy, du ministère de l'intérieur à l'Elysée.

> Le marchand d'armes Ziad Takieddine, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, a bénéficié de la caution de la place Beauvau et de la présidence de la République pour décrocher des contrats avec le régime libyen.

> L’intermédiaire a obtenu en 2007 des commissions occultes sur des matériels de guerre électronique livrés à la Libye, destinés à contrer la surveillance des services secrets occidentaux.

> Devant la commission d'enquête parlementaire sur la libération des infirmières bulgares, Claude Guéant avait affirmé: «La France n’a pas échangé leur élargissement contre des perspectives de coopération supplémentaires.» Il a menti.