Frappé par la police aux frontières, il perd un testicule

Par

Le centre de rétention administrative de Nice a été le théâtre de violences inédites. C’est là que, dimanche dernier, un Tunisien en situation irrégulière a été frappé par des policiers au point de devoir être opéré en urgence.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aymen Barhoumi, un Tunisien de 35 ans, a été opéré en urgence à l’hôpital Pasteur de Nice, le 13 décembre. Les médecins ont dû procéder à l’ablation de son testicule droit, « suite à un coup reçu en centre de rétention », peut-on lire sur son compte rendu d’intervention médicale. Mediapart a rencontré Aymen Barhoumi, en compagnie de son avocat, Samih Abid, trois jours après son opération, lors d’une audience au tribunal administratif de Nice, où il faisait appel de l’arrêté préfectoral du 13 décembre l’obligeant à quitter sans délai le territoire français.