mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Mediapart ven. 12 févr. 2016 12/2/2016 Édition du matin

Affaire Pérol: pour Jean-Louis Bianco «les procédures sont indispensables»

25 février 2009 | Par stéphane alliès
Jean-Louis Bianco, l'ancien secrétaire de l'Elysée de François Mitterrand, devenu homme de confiance de Ségolène Royal, déclarait il y a deux jours ne pas être gêné «du tout» par la nomination de François Pérol à la tête de la nouvelle banque issue de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires. Depuis, le manquement à la procédure et les suspicions de conflit d'intérêt autour de la désignation de l'actuel secrétaire général adjoint de l'Elysée l'ont amené à modifier son point de vue, même s'il dit «maintenir ses propos sur le fond». Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le député PS, Jean-Louis Bianco, ancien secrétaire de l'Elysée de François Mitterrand, un des proches de Ségolène Royal, déclarait il y a deux jours ne pas être gêné «du tout» (voir la vidéo) par la nomination de François Pérol à la tête de la nouvelle banque issue de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires. Depuis, le manquement à la procédure, le mensonge présidentiel et les suspicions de conflit d'intérêt (lire l'article de Laurent Mauduit) autour de cette désignation de l'actuel secrétaire général adjoint de l'Elysée l'ont amené à modifier son point de vue, même s'il dit «maintenir ses propos sur le fond». Entretien.