Serge Dassault se désiste de son appel contre Mediapart

Par

L’industriel milliardaire, marchand d’armes et patron de presse Serge Dassault se désiste de l’appel qu’il avait interjeté contre un jugement qui donnait raison à Mediapart. Désormais définitif, ce jugement affirme la légitimité de nos révélations sur les pratiques de corruption électorale du sénateur et de son entourage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce mercredi 25 février, à 13 h 30, Mediapart devait se retrouver devant la cour d’appel de Paris face à Serge Dassault. C’était la deuxième manche d’un match judiciaire provoqué, à l’automne 2013, par le milliardaire après nos révélations sur les achats de voix des électeurs par l’élu de Corbeil-Essonnes (lire ici notre dossier). Nos informations s’appuyaient notamment sur des enregistrements réalisés dans un bureau de la mairie où le sénateur confirmait lui-même ses pratiques illégales face à des interlocuteurs venus protester contre la non-redistribution de l’argent promis. Or les avocats de M. Dassault ne nous ont pas poursuivis sur le terrain de la diffamation, en contestant les faits dévoilés, mais en demandant la censure pure et simple des enregistrements, dont le contenu est accablant pour leur client.