A Marseille, les écoles juives veulent résister au «cercle vicieux de la peur»

Par

Dans les écoles juives marseillaises, les militaires de l’opération « Sentinelle », présents en permanence depuis les attentats 2015, sont repartis. Sans céder à la paranoïa, parents et enfants n’ont pas retrouvé leur « légèreté » d’avant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En France, le nombre d’actes antisémites recensés baisse depuis 2014, sans repasser sous le seuil atteint lors de la seconde Intifada palestinienne, au début des années 2000. En 2016, 311 actes antisémites ont été relevés par le ministère de l'intérieur et le service de protection de la communauté juive (SPCJ), contre 335 en 2016 et 808 en 2015. En revanche, les actions violentes antisémites sont passées de 77 en 2016 à 97 l’an dernier, une évolution inquiétante. Et ces chiffres, très parcellaires, prennent mal en compte les discours de haine sur les réseaux sociaux.