D'un “mur des cons” à l'autre

Par

L'existence d'un “mur des cons” dans le local du Syndicat de la magistrature est montée en épingle par l'UMP et la droite judiciaire. Une tempête dans un verre d'eau. Même si Christiane Taubira s'est sentie obligée de saisir le CSM.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plus élitiste que le Whos’ Who, plus rare que la Légion d’honneur, l’inscription au désormais célèbre « mur des cons » du Syndicat de la magistrature (SM) est devenue un must. Mieux, c’est une carte d’accès VIP aux grands médias, qui permet à certains de prendre un air outragé devant les caméras, tout en jubilant sous cape. D'autres regrettant peut-être même, en leur for intérieur, de ne pas y figurer.