Crèche, hôpital, entreprise: l’Observatoire de la laïcité se méfie des «lois émotion»

Par

L'Observatoire de la laïcité publie un état des lieux de l'application du principe de laïcité. Après l'affaire de la crèche Baby-Loup, le président de la République voulait une loi. Il est urgent d'attendre, juge le socialiste Jean-Louis Bianco, pas convaincu qu'une refonte législative soit de nature à « apaiser la société ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour l’instant, c’est ni oui ni non. Dans son « rapport d’étape » publié le 25 juin (y accéder dans son intégralité), l’Observatoire de la laïcité ne prend pas parti pour une loi interdisant le port de signes religieux dans les structures privées, comme les associations assurant une mission d’accueil des enfants. Mais il ne l’exclut pas non plus. Il déblaie le terrain, particulièrement encombré, et se donne jusqu’à la fin de l’année pour se positionner. Ce faisant, il ressort de ce premier bilan quelques principes et orientations allant dans le sens de l’« apaisement », pour paraphraser François Hollande, qui, sur cette affaire, s’est plutôt montré va-t-en-guerre.