Violences sexistes à McDo: première grève victorieuse au Havre

Par

Samedi 24 octobre, quinze salariés du McDonald’s de la gare du Havre, âgés d'en moyenne 20 ans, ont fait leur première journée de grève pour dénoncer la pression, le harcèlement moral et les violences sexistes et sexuelles. Ils ont obtenu un accord.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Havre (Seine-Maritime).– Margot travaille dix-huit heures par semaine au McDonald’s de la gare du Havre, en parallèle de ses études. À 21 ans à peine, la jeune femme s’est mise, pour la première fois, en grève. Il ne lui aura fallu que quelques jours pour endosser le rôle de porte-parole et faire trembler du directeur jusqu’au franchisé, Gilles Saunier. Et pour cause, Margot n’est pas seule. Samedi 24 octobre 2020, quinze salariés, âgés en moyenne de 20 ans, se sont déclarés en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et le harcèlement sexuel que plusieurs d’entre elles raconte avoir subi pendant des années. « Une grève historique », commente Loïc Roldan, représentant de la CGT au sein de l’enseigne.