Khedidja Zerouali

Ses Derniers articles

  • Une semaine de mobilisations en demi-teinte pour Extinction Rebellion

    « La brigade rouge représente le rouge sang de toutes les espèces qui s'éteignent », explique Mangoa, militante de 29 ans. © Khedidja Zerouali « La brigade rouge représente le rouge sang de toutes les espèces qui s'éteignent », explique Mangoa, militante de 29 ans. © Khedidja Zerouali

    Après le centre commercial Italie 2 et la place du Châtelet, les militants d’Extinction Rebellion se sont rassemblés ce samedi près de l’Assemblée nationale. Présentée comme le point d’orgue d’une semaine de mobilisations, cette journée s'est avérée assez décevante pour les militants sur place. 

  • La rentrée chaotique des accompagnants d’élèves en situation de handicap

    Par
    Le 7 octobre, le député communiste Sébastien Jumela a rencontré les AESH du secteur de Dieppe et les représentants de la CGT Educ’Action et du SNUipp. © Page Facebook de Sébastien Jumel Le 7 octobre, le député communiste Sébastien Jumela a rencontré les AESH du secteur de Dieppe et les représentants de la CGT Educ’Action et du SNUipp. © Page Facebook de Sébastien Jumel

    Salaires non versés, contrats non établis, manque d’information… Les accompagnants d’élèves en situation de handicap déplorent une organisation et des conditions de travail dégradées. Ils réclament le statut de fonctionnaire.

  • A Nancy, la situation critique d’un Ehpad comme les autres

    Par

    Les salariés des Ehpad et de l’aide à domicile sont en grève ce 8 octobre pour protester contre leurs conditions de travail. À Nancy, le personnel de la maison de retraite privée Orpea a alerté cet été. Manque de personnel, turnover important et management problématique : la situation est intenable pour les salariés, mais aussi pour les résidents.

  • Le régime algérien expulse la députée LFI Mathilde Panot

    La députée de La France insoumise Mathilde Panot s’est rendue en Algérie pour exprimer son soutien et sa solidarité aux acteurs et actrices du Hirak. Interpellée moins de deux jours après son arrivée, à Bejaïa, dans le nord du pays avec sa délégation, elle a été renvoyée manu militari vers la capitale Alger pour y être placée en séjour surveillé, puis vers la France après intervention du Quai d’Orsay.