Khedidja Zerouali

Journaliste avec un fort accent du sud. J'ai été diplômée de l'IUT de Lannion et de l'ESJ Lille. 

J'ai rejoint Mediapart en septembre 2019 en tant qu'alternante et j'y suis restée depuis, pour couvrir le monde du travail et les questions relatives à ce groupe hétérogène que l'on appelle "les jeunes". 

Contacts

Mail
khedidja.zerouali@mediapart.fr
Twitter
@khedidjabe

Déclaration d’intérêts

Par souci de transparence vis-à-vis de ses lecteurs, les journalistes de Mediapart remplissent et rendent publique depuis 2018 une déclaration d’intérêts sur le modèle de celle remplie par les parlementaires et les hauts-fonctionnaires auprès de la Haute autorité de la transparence et de la vie publique (HATVP), instance créée en 2014 après les révélations de Mediapart sur l’affaire Cahuzac.

Consultez ma déclaration d’intérêts

Tous ses articles

À la Samaritaine, des vendeuses épuisées dénoncent un management violent

LVMH : Derrière l’apparat, les galères des travailleurs (1/6) — Enquête

Depuis la réouverture en grande pompe de la Samaritaine, en juin 2021, les vendeuses ont rapidement déchanté. Aussi peu payées que considérées, elles racontent un management souvent violent, parlant parfois de « harcèlement ».

Grève à la SNCF : un train sur deux sur l’axe Sud-Est et de nombreuses perturbations à venir

Social

Depuis 2014, les salaires sont gelés à la SNCF. Après d’énièmes négociations annuelles décevantes, la contestation s’est déplacée au niveau local. Alors que la grève sur l’axe Sud-Est, au départ des vacances de Noël, a été annulée de justesse, des conflits locaux subsistent autour de deux revendications principales : l’augmentation des salaires et l’embauche de plus d’agents.

Bas salaires : des mobilisations en entreprises, pas dans la rue

Petits salaires et luttes collectives (6/6) — Analyse

Depuis plusieurs semaines, des mobilisations autour des bas salaires éclosent dans des entreprises et des secteurs peu habitués aux mouvements sociaux. Mais ces contestations, bien que dépassant les chapelles syndicales et les secteurs d’activité, restent calfeutrées dans les murs de l’entreprise.

« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »

Petits salaires et luttes collectives (5/6) — Reportage

Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés, alors qu’un énième plan de sauvegarde de l’emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 

Étudiants précaires : une petite prime et des bugs

Enseignement supérieur

Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.

À Leroy Merlin, deux semaines de grève pour une modeste victoire

Social — Reportage

Les salariés de l’enseigne de bricolage, ultra-bénéficiaire, ont obtenu une meilleure augmentation de salaire et cessé leur mouvement. La hausse minimale passe de 40 à 65 euros par mois, alors que les prix à la pompe et à la caisse ne cessent de grimper.

Leroy Merlin, des bénéfices record et des salariés en lutte pour 80 euros

Petits salaires et luttes collectives (4/6) — Reportage

Depuis le 17 novembre, une cinquantaine de salariés de Leroy Merlin bloquent l’entrepôt de Valence, dans le cadre d’une grève inédite sur plusieurs sites de l’enseigne de bricolage. Salariés des magasins et des entrepôts réclament des augmentations et un meilleur partage des bénéfices.

À Grigny, la liquidation de l’usine Bergams met 282 salariés sur le carreau

Social — Reportage

Après deux mois de grève, le tribunal de commerce d’Évry a ordonné, mercredi, la liquidation judiciaire de Bergams, entreprise spécialisée dans la confection de sandwichs basée dans la ville la plus pauvre de France. Aucune poursuite d'activité n’est prévue.

À Labeyrie, quatre semaines de grève pour de meilleurs salaires

Petits salaires et luttes collectives (3/6)

Des centaines d’ouvriers des usines du groupe agroalimentaire étaient récemment en grève. Ils n’ont obtenu qu’une revalorisation de 2,25 %, quand les prix à la consommation ont augmenté de 2,6 % l’an passé.

Deux mois de grève à Grigny, l’usine Bergams coule, ses salariés avec

Petits salaires et luttes collectives (2/6) — Reportage

Le tribunal de commerce d’Évry devrait statuer, le vendredi 12 novembre, sur la liquidation judiciaire de Bergams, spécialisée dans la confection de sandwichs et de salades. À Grigny, l’usine est bloquée et les ouvriers réclament toujours de meilleures conditions de travail et un salaire décent.

Petits salaires et gros dividendes : les gilets bleus de Decathlon se mobilisent

Petits salaires et luttes collectives (1/6) — Reportage

Alors que le gouvernement cherche à protéger les entreprises des revendications salariales avec l’« indemnité inflation » accordée aux travailleurs gagnant moins de 2 000 euros, des salariés de Decathlon ont décidé de compter sur leurs propres forces. Dans le nord de la France, certains d’entre eux ont entamé un bras de fer avec leur direction pour obtenir des augmentations salariales durables.

Macron n’est pas le « président des jeunes »

France — Analyse

Incursions sur Twitch et TikTok, mobilisation des « jeunes avec Macron », slogans répétés à l’envi sur le soi-disant « président des jeunes »… Les artifices politiques n’effaceront pas un maigre bilan. Retour sur cinq ans de politiques dédiées à la jeunesse.

Tous ses billets de blogs

Les journalistes de Mediapart utilisent aussi leurs blogs, et participent en leurs noms à cet espace de débats, en y confiant coulisses d’enquêtes ou de reportage, doutes ou réactions personnelles à l’actualité.

Khedidja Zerouali
Journaliste à Mediapart

1 Billets

0 Éditions

Hénin Beaumont : les fachos insultent et les internautes ricanent

Billet de blog

Dans la commune du Pas-de-Calais, fief du Rassemblement national, 67,15 % des électeurs ont voté pour Marine Le Pen au second tour. Des dizaines de journalistes ont couvert la journée et pourtant on ne retiendra qu’une vidéo de quelques secondes où l’ont voit des électrices crier, insulter et lancer un doigt d’honneur.