Khedidja Zerouali

Journaliste avec un fort accent du sud. J'ai été diplômée de l'IUT de Lannion et de l'ESJ Lille. J'ai rejoint Mediapart en septembre 2019 en tant qu'alternante et j'y suis restée depuis, pour couvrir la crise sociale et les questions relatives à ce groupe hétérogène que l'on appelle "les jeunes". 

Consulter ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Antoine Dulin: «Il faut inventer le minimum social de demain»

    Par

    À l’ouverture du RSA, le gouvernement préfère l’accompagnement rémunéré vers le travail, notamment par la Garantie jeunes. Mais ce dispositif n’est pas suffisant, selon le Conseil d’orientation des politiques de jeunesse. Entretien.

  • Dans l’Yonne, les 141 futurs licenciés de SKF résistent encore

    Par
    Franck Charretier et Hamou Sahmou feront partie des 141 licenciés de SKF à Avallon. Tous les deux doivent rester sur la commune pour des raisons familiales et craignent de se retrouver au chômage, dès que l’usine fermera ses portes. © KZ / Mediapart Franck Charretier et Hamou Sahmou feront partie des 141 licenciés de SKF à Avallon. Tous les deux doivent rester sur la commune pour des raisons familiales et craignent de se retrouver au chômage, dès que l’usine fermera ses portes. © KZ / Mediapart

    À Avallon, l’usine du leader mondial du roulement mécanique va fermer et laisser sur le carreau ses 141 salariés. Leur combat est celui de toute une ville, rurale et populaire, contre une multinationale suédoise qui affiche pourtant de bons résultats.

  • La fronde des franchisés Carrefour

    Par
    Plusieurs franchisés, dont Bouchra Bouziane, ont affiché leur détresse sur leur devanture. © KZ Plusieurs franchisés, dont Bouchra Bouziane, ont affiché leur détresse sur leur devanture. © KZ

    Carrefour a bien failli être racheté par les Canadiens de Couche-Tard, avant que Bruno Le Maire ne s’y oppose. Le groupe connaît une grave crise interne. Cinq ex-franchisés racontent « un enfer où tout s’imbrique », la pression financière et le harcèlement moral.

  • A l’université, les partiels de trop

    Par
    À la Sorbonne, les étudiants protestent contre la tenue des partiels en présentiel, le 4 janvier 2021. © Noémie Coissac / Hans Lucas via AFP À la Sorbonne, les étudiants protestent contre la tenue des partiels en présentiel, le 4 janvier 2021. © Noémie Coissac / Hans Lucas via AFP

    À l’université, le premier semestre s’achève dans la douleur. Alors que le distanciel s’installe doucement comme la règle, de nombreux étudiants passent leurs partiels dans les amphithéâtres. Ils dénoncent une hypocrisie du ministère de l’enseignement supérieur.

  • Au Havre, McDo licencie une de ses lanceuses d’alerte

    Par
    Grève au McDonald's de la gare du Havre, le 24 octobre 2020. © KZ Grève au McDonald's de la gare du Havre, le 24 octobre 2020. © KZ

    Le 24 octobre 2020, une grève avait été organisée par les salariés du McDo de la gare du Havre. Ils dénonçaient, notamment, des faits de harcèlement sexuel. Mathilde, l’une des victimes et des lanceuses d’alerte, vient d’être licenciée pour faute grave.

  • A l’université, la (fausse) rentrée n’a pas eu lieu

    Par

    La rentrée annoncée par le ministère de l’enseignement supérieur n’a pas eu lieu. Dans une circulaire envoyée en pleines vacances scolaires, Frédérique Vidal préconisait un retour à l’université par petits groupes de dix dès le lundi 4 janvier. Dans les établissements, ces mesures floues annoncées trop tard n’ont eu que très peu d’effet.

  • Dans les mouvements d’éducation populaire, un héritage communiste qui s’étiole

    Par
     © Archives AFP © Archives AFP

    Sous l’impulsion du Front populaire, et après la Libération de 1945, plusieurs grands mouvements d’éducation populaire ont vu le jour. Une histoire intimement liée à celle du Parti communiste qui, avec son affaiblissement, a vu sa présence s’étioler dans ces organisations.

  • Le service civique, accélérateur d’inégalités sociales

    Par
    « Mais c’est génial ! C’est une pure aventure... De beaux moments d’engagement », se réjouit Sarah El Hairy. © KZ « Mais c’est génial ! C’est une pure aventure... De beaux moments d’engagement », se réjouit Sarah El Hairy. © KZ

    Alors que 700 000 jeunes arrivent sur le marché du travail, l’exécutif multiplie les annonces pour s’assurer que la déflagration ne sera pas trop visible. Ainsi, le plan « Un jeune, une solution » acte la création de 100 000 nouveaux services civiques. Loin des discours autoréalisateurs sur l’engagement dans la jeunesse, le dispositif est devenu une manière d’employer les jeunes précaires à bas coût. 

  • A Lille, le suicide de Fouad, lycéenne transgenre, secoue l’institution scolaire

    Par et
    Une affiche rapidement retirée, au lycée Fénelon de Lille, vendredi 18 décembre. © DR Une affiche rapidement retirée, au lycée Fénelon de Lille, vendredi 18 décembre. © DR

    Mercredi 16 décembre, Fouad, jeune lycéenne trans de 17 ans, s’est donné la mort. Quelques jours plus tôt, l’administration lui refusait l’accès de la classe parce qu’elle portait une jupe. Devant le lycée Fénelon, l’émotion est forte et l’urgence est à la protection des jeunes LGBT, y compris au sein de l’école. L’Éducation nationale, elle, a beaucoup de retard théorique à rattraper sur le sujet. Entretiens avec des lycéens mobilisés, et explication d’une déconnexion sociétale.

  • «C’est une urgence»: les députés s’alarment des conséquences du Covid sur les jeunes

    Par et
    Le rapport issu de la commission parlementaire a été voté à l'unanimité. La rapporteuse, Marie-George Buffet, espère que « ça fera bouger l'exécutif ». © Stephane LEMOUTON / POOL / AFP Le rapport issu de la commission parlementaire a été voté à l'unanimité. La rapporteuse, Marie-George Buffet, espère que « ça fera bouger l'exécutif ». © Stephane LEMOUTON / POOL / AFP

    Fracture numérique, décrochage scolaire, précarité étudiante et médecine scolaire aux abois… Le rapport de la commission d’enquête sur l’impact de l’épidémie sur les enfants et la jeunesse vient d’être voté. L’une de ses propositions est l’accès au RSA dès 18 ans.