Violences conjugales: toujours pas de moyens

Par

Aménagement du secret médical, prise en charge des auteurs de violences conjugales, formation des enseignants… Le premier ministre a annoncé le 25 novembre plusieurs mesures, sans pour autant débloquer les moyens espérés par les associations. 117 féminicides ont été commis depuis le début de l’année, selon le décompte de l’AFP.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après une manifestation « historique » samedi contre les violences sexistes et sexuelles et les féminicides, l’attente était grande. À l’issue du Grenelle des violences conjugales, le premier ministre Édouard Philippe a commencé son discours lundi 25 novembre en évoquant les noms des deux dernières victimes d’homicides conjugaux, Sylvia Aucher tuée le 10 novembre, et Aminata « décédée elle aussi sous des coups de couteau, ce 12 novembre, sous les yeux de ses enfants à Montfermeil ».