Affaire Pérol: la justice se libère de ses entraves (1/3)

Par

Le juge Roger Le Loire pourrait rendre une ordonnance renvoyant en correctionnelle le patron de BPCE, François Pérol, pour y être jugé pour prise illégale d'intérêt. Mediapart révèle les secrets de l'instruction judiciaire. Premier volet: comment la justice, d'abord entravée, a cherché à étouffer le scandale ; et puis comment, devenue indépendante, elle a œuvré à la manifestation de la vérité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela devrait déclencher un séisme dans les milieux financiers français mais aussi dans les cercles dirigeants de la « Sarkozie » : le juge Roger Le Loire pourrait, dans les prochaines semaines, prendre une ordonnance renvoyant devant un tribunal correctionnel François Pérol, le président de la banque BPCE et ex-secrétaire général adjoint de l’Élysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, pour y être jugé pour « prise illégale d’intérêt ». De nombreux indices suggèrent que le magistrat qui a conduit l’instruction pourrait prendre cette décision : d'abord, le Parquet national financier (PNF) a pris, dès le 7 novembre, des réquisitions en ce sens (lire Affaire Pérol : vers un procès pour prise illégale d’intérêt). Ensuite, le dossier d’instruction – que Mediapart a pu consulter – a mis au jour des faits nouveaux.