Pourquoi l’habitat insalubre ne se résorbe pas

Par

En Île-de-France, 157 300 logements du parc privé sont dans un état vétuste alarmant, notamment à Paris et en Seine-Saint-Denis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille n'est pas la seule ville touchée par le logement indigne. En Île-de-France, on dénombre 157 300 logements potentiellement insalubres, soit 4 % du parc privé de résidences principales. Ce chiffre s'élève même à 20 % à Saint-Denis, à Aubervilliers et à Saint-Ouen. Une chercheuse explique que ce phénomène ne concerne plus seulement les centres anciens. Elle décrit une « cabanisation du mal-logement ».