Constitution: Hollande enfermé dans sa bulle

Par

À la veille du débat parlementaire sur la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande, les socialistes étaient toujours en conclave ce mardi soir pour chercher un compromis sur la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme. Une mesure décidée en urgence après les attentats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme si plus rien n’avait de sens, ni même de valeur. À partir de mercredi, l’Assemblée va débattre d’une modification de la Constitution pour y inscrire l’état d’urgence et la déchéance de nationalité pour les binationaux coupables de terrorisme. Une réforme décidée dans l’urgence, quelques heures seulement après les attentats du 13-Novembre, dans l’entre-soi du pouvoir, et par un président de la République qui s’est avéré incapable de prévenir les oppositions prévisibles. Il finit par être l’ultime révélateur de la bulle dans laquelle évolue l’exécutif et, à sa suite, le champ politique, voire médiatique.