La ferme des radicaux

Ils ont aboli le salariat, la propriété privée et les hiérarchies formelles. Depuis quarante ans, ils élèvent des moutons, cultivent la terre et militent pour une société plus libre et plus juste. À Cuba ? Non, en Provence, dans le Lubéron. Bienvenue à Longo Maï, communauté libertaire et durable. Attention, « ici, c’est pas pour tout le monde ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il tient un cadran d’horloge et le tourne vers les dizaines de personnes assises dans la salle. Il veut parler d’un sujet très compliqué. Quand la petite aiguille passe minuit, un autre jour commence. Là, c’est encore samedi et ici, c’est déjà dimanche. Il articule avec précaution dans son français teinté d’accent anglophone. C’est la même heure ici que dans le reste du monde, vous savez ? Éclats de rire autour de la longue table en bois. Si vous n’êtes pas sûr de l’heure, demandez à quelqu’un. Si vous ne savez pas quel jour, demandez autour de vous. Si vous avez trop fait la fête et oublié qu’il y a un lendemain… la voix reste en suspens et la salle entière s’esclaffe. Tout ça à cause d’une voiture réservée mais absente au moment requis. Rendez-vous d’auto-partage était pourtant pris dans le carnet commun, le « cahier de voyages ».  
L’assemblée rit à gorge déployée. Il y a des femmes, des hommes, des plus jeunes, des plus vieux, des barbus, des moustachus, des chevelu(e)s, un berger, une ancienne infirmière, des éleveurs de chèvres, des teinturières, une documentariste, des musiciens, une « cultiveuse » de plantes médicinales, des enfants, des parents, des nouveaux venus, des occupants de longue date, des amandes sur la table et des verres de vin. On entend parler français et allemand. Des accents de partout en Europe. L’hilarité a la saveur de l’autodérision : il n’existe sans doute pas beaucoup d’endroits où tant de personnes sont susceptibles d’ignorer le jour et l’heure tout en étant si dépendantes de la gestion collective du temps. Bienvenue à Longo Maï.  

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Amérique du Sud
par François Bougon
Santé — Analyse
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Terrorisme — Enquête
par Matthieu Suc
International — Entretien
par Joseph Confavreux et Rachida El Azzouzi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Politique — Analyse
Immigration : ce que voudrait faire Gérald Darmanin
Au cours des derniers mois, le ministre de l’intérieur comme le président de la République ont dévoilé quelques mesures phares qui pourraient constituer le projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour 2023.
par Nejma Brahim et Ilyes Ramdani
Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann