France Reportage

La ferme des radicaux

Ils ont aboli le salariat, la propriété privée et les hiérarchies formelles. Depuis quarante ans, ils élèvent des moutons, cultivent la terre et militent pour une société plus libre et plus juste. À Cuba ? Non, en Provence, dans le Lubéron. Bienvenue à Longo Maï, communauté libertaire et durable. Attention, « ici, c’est pas pour tout le monde ».

Jade Lindgaard

26 février 2015 à 13h04

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Il tient un cadran d’horloge et le tourne vers les dizaines de personnes assises dans la salle. Il veut parler d’un sujet très compliqué. Quand la petite aiguille passe minuit, un autre jour commence. Là, c’est encore samedi et ici, c’est déjà dimanche. Il articule avec précaution dans son français teinté d’accent anglophone. C’est la même heure ici que dans le reste du monde, vous savez ? Éclats de rire autour de la longue table en bois. Si vous n’êtes pas sûr de l’heure, demandez à quelqu’un. Si vous ne savez pas quel jour, demandez autour de vous. Si vous avez trop fait la fête et oublié qu’il y a un lendemain… la voix reste en suspens et la salle entière s’esclaffe. Tout ça à cause d’une voiture réservée mais absente au moment requis. Rendez-vous d’auto-partage était pourtant pris dans le carnet commun, le « cahier de voyages ».  
L’assemblée rit à gorge déployée. Il y a des femmes, des hommes, des plus jeunes, des plus vieux, des barbus, des moustachus, des chevelu(e)s, un berger, une ancienne infirmière, des éleveurs de chèvres, des teinturières, une documentariste, des musiciens, une « cultiveuse » de plantes médicinales, des enfants, des parents, des nouveaux venus, des occupants de longue date, des amandes sur la table et des verres de vin. On entend parler français et allemand. Des accents de partout en Europe. L’hilarité a la saveur de l’autodérision : il n’existe sans doute pas beaucoup d’endroits où tant de personnes sont susceptibles d’ignorer le jour et l’heure tout en étant si dépendantes de la gestion collective du temps. Bienvenue à Longo Maï.  

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

Nos émissions