Le train de vie dérangeant de la Fédération de karaté

Par

Appartement privatisé, voiture de fonction, scooter de fonction offert pour un départ… Une enquête préliminaire a été ouverte à la suite d’une inspection sur le fonctionnement de la Fédération française de karaté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ambiance fin de règne à la Fédération française de karaté et des disciplines associées (FFKDA). Déjà très contesté, son patron, Francis Didier, accroché à son siège de président depuis 16 ans, est désormais au cœur d’une enquête préliminaire depuis le jeudi 16 mars. Au terme d’une inspection générale des services de la jeunesse et des sport lancée en octobre, les deux fonctionnaires chargés du dossier n’ont eu d’autre choix que de saisir le procureur de Paris pour l’alerter sur le train de vie du numéro 1 du karaté français.