Lutte contre le « séparatisme » : ultimes manœuvres de l’exécutif et feu « d’artifices »

Fermetures, dissolutions, menaces de sanctions : la machine administrative « antiséparatiste » continue d’opérer, plus que jamais. Enquête sur la dernière offensive du quinquennat. Et ses revers judiciaires.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

À quelques semaines de l’élection présidentielle, et à quelques jours du ramadan, l’aveu est embarrassant. Dans un communiqué annonçant la mise en place d’une « cellule nationale de lutte contre l’islamisme radical et le repli communautaire », et se réjouissant des nouvelles possibilités offertes par la loi « séparatisme », l’exécutif a reconnu, à la mi-mars, avoir eu jusqu’ici « recours à des artifices » pour faire fermer des établissements scolaires soupçonnés de radicalisation. « Des artifices du type méconnaissance de la règlementation ERP [établissements recevant du public – ndlr] ou des règles sanitaires. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal