Philippe Séguin craint que les députés jouissent d'un pouvoir de contrôle exorbitant

Par
Alors que les députés ont repris, lundi 26 mai, l'examen du texte sur les institutions, Mediapart se penche sur un volet peu commenté de la réforme : l'éventuelle attribution au Parlement d'un pouvoir de contrôle et d'évaluation des politiques menées par l'exécutif. Les élus réclament le droit d'expertiser l'action des ministres. Utile ou néfaste? Dans un entretien, Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes, nous fait part de ses réticences devant cette « espèce d'engouement pour le contrôle » en vogue chez les députés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Quand l'Elysée affirme revaloriser le Parlement, chacun pense au poids des députés dans la rédaction des lois. Mais dans la réforme des institutions, il est aussi question d'un autre pouvoir, moins évoqué par les médias : le contrôle et l'évaluation des politiques engagées par l'exécutif.