Le compte de campagne de Sarkozy était bel et bien truqué

Par

Bygmalion affirme qu'elle a fait payer par l'UMP des factures de meetings organisés pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Objectif supposé: aider le candidat à respecter le plafond des dépenses autorisées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Conseil constitutionnel était loin du compte. En contrôlant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, les "Sages" avaient déjà déniché 1,6 million d’euros de dépenses dissimulées. En réalité, ils seraient passés à côté de « onze millions » de frais cachés, liés aux meetings présidentiels organisés par Bygmalion, la société de communication préférée du candidat et de l’UMP.