A l’hôpital d’Agen, un bloc opératoire au bord de l’implosion

Par

Au centre hospitalier d’Agen, dépassements d’horaires et relations conflictuelles sont le quotidien du bloc opératoire. Les burn-out s’empilent. Un médecin anesthésiste s’est donné la mort en mars dernier. Alors que la direction répond « réorganisation », les infirmier.e.s dénoncent une « logique du chiffre » déshumanisante et le comportement jugé nocif de quelques chirurgiens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Journées de grève, dépôts de droit d'alerte, courriers à la direction… Depuis plus de six mois, la tension sociale ne cesse de monter au sein du bloc opératoire du centre hospitalier d'Agen, dans le Lot-et-Garonne. Jeudi 21 juin, l'ensemble du personnel de l'hôpital était appelé à la grève. Une semaine avant, les 57 infirmiers et cadres du bloc avaient quasiment tous débrayé.