A Lille, Martine Aubry joue son «va-tout» sur les quartiers populaires

Par

Dans ce bastion historique du socialisme municipal, la maire sortante, en difficulté pour le second tour, a tenté de s’imposer comme seule incarnation d’une gauche protectrice. Elle accuse son principal adversaire, l’écologiste Stéphane Baly, de négliger les questions sociales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille (Nord). – Sous le soleil, la place Vanhoenacker a des allures presque pittoresques. Mais une fois dépassés les quelques étals de fruits et légumes bio qui y sont installés, la pauvreté de ce quartier, devenu il y a quelques années un haut lieu du trafic de stupéfiant à Lille, saute au regard. Sur le trottoir de la rue d’Arras, un groupe de jeunes regarde un match de foot sur un écran d’ordinateur bricolé. Et la longue série de porches disparates aux sonnettes déglinguées s’ouvre sur des halls d’entrée souvent crasseux.