Affaire Lactalis: l’idée d'une «police sanitaire» ne fait pas l’unanimité

Par

La commission d’enquête sur le scandale du lait infantile contaminé à la salmonelle vient d'adopter son rapport. Une des propositions phares consiste à regrouper l’ensemble des contrôles au sein d’une seule instance, une « police sanitaire » dépendant du ministère de l’agriculture. Mais à Bercy, la répression des fraudes y est opposée. Mediapart publie les 41 propositions de la commission.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La commission d’enquête parlementaire « chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques » a adopté son rapport mercredi 18 juillet. Deux députés, Alexis Corbière pour La France insoumise et Sébastien Jumel pour le PCF, se sont abstenus, les députés de l’opposition reprochant au rapporteur de les obliger à se prononcer sans avoir en main le rapport ni les propositions.