A Marseille, McDonald's accusé de fermer un lieu «emblématique de la lutte sociale»

Par

Épicentre de la contestation syndicale chez McDonald’s, le restaurant des quartiers Nord de Marseille devrait mettre la clé sous la porte début août. L'entreprise souligne les pertes financières récurrentes, mais les représentants du personnel dénoncent la volonté de les faire taire. Soixante-dix salariés portent plainte pour tentative d'escroquerie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 7 août, leur restaurant devrait fermer définitivement ses portes, et ils sont bien décidés à tout tenter pour l’empêcher. Les 70 salariés du McDonald’s marseillais de Saint-Barthélemy, dans les quartiers Nord de Marseille, sont en plein conflit contre la décision de leurs propriétaires de transmettre le fonds de commerce à un mystérieux repreneur, dont ils estiment que le projet n’est pas sérieux. Ils pensent que la fermeture de ce « McDo » est avant tout destinée à éliminer le foyer important de contestation syndicale qu’il représente, à l’échelle locale mais aussi nationale. Le 19 juillet, encadrés par une intersyndicale, ils ont tous déposé plainte auprès du procureur de Marseille pour tentative d’escroquerie.