Eric Dupond-Moretti avoue en catimini ses conflits d’intérêts

Les affaires que le ministre de la justice a traitées en tant qu’avocat seront désormais suivies par le premier ministre. Un aveu de conflit d’intérêts, mais aussi un casse-tête juridique.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le paradoxe fait homme. Tout en claironnant qu’il n’est pas en situation de conflit d’intérêts dans des dossiers qu’il a traités en tant qu’avocat, le ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, vient de reconnaître implicitement le contraire, en se déportant de deux affaires largement documentées par Mediapart : ses attaques contre le Parquet national financier (PNF), à l’approche du procès de l’affaire Bismuth-Sarkozy, et l’ouverture d’une enquête prédisciplinaire contre une figure de la lutte contre la corruption, le juge Édouard Levrault.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal