Région Paca: les attentats renforcent la tentation FN

Par

Avec une campagne axée sur l’immigration et la sécurité, Marion Maréchal-Le Pen menait déjà la danse en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Depuis les attentats, le FN campe sur ses positions, sans même avoir besoin de trop en faire. « Nous sommes crédibilisés », s’enthousiasme la députée du Vaucluse tandis que Christian Estrosi (LR), chef de file de la droite, cherche toujours comment se sauver et vient de faire prendre à sa campagne un tournant à 180 degrés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.– Franck Allisio ne veut pas en rajouter. Mais tout de même. « Beaucoup de gens nous disent que les attentats de Paris leur ont ouvert les yeux et qu’ils se poseront désormais moins de questions au moment de voter. » L’ancien président des “Jeunes actifs” de l'UMP, passé au Front national en septembre, avant d’être propulsé porte-parole de Marion Maréchal-Le Pen en Paca et troisième de liste dans les Bouches-du-Rhône, est sûr de son fait. Les quelques jours de campagne qui le séparent du scrutin des 6 et 13 décembre seront focalisés sur la seule thématique de la sécurité. Et cela ne peut bénéficier qu’à sa nouvelle famille politique.