Accidents: l’inspection du travail somme la SNCF de faire marche arrière

Par

Après l’accident de TER dans les Ardennes, en octobre, l’inspection du travail des Hauts-de-France a mis en demeure la direction régionale de la SNCF de remettre des contrôleurs dans les trains, pour éviter les « suraccidents ». Un camouflet qui touche aussi le gouvernement, qui avait pris fait et cause pour les dirigeants de l’entreprise ferroviaire au détriment des cheminots. La SNCF a contesté cette mise en demeure.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La polémique opposant les cheminots et la direction de la SNCF, autour des trains express régionaux (TER) roulant désormais sans aucun contrôleur à bord, prend un tour nouveau. Le 19 novembre, selon des informations obtenues par Mediapart, un inspecteur du travail des Hauts-de-France a mis en demeure la direction régionale de la SNCF d’agir sous huit jours pour ne pas laisser perdurer des conducteurs de train seuls à bord, afin de préserver la santé et la sécurité des agents. SNCF Mobilités Hauts-de-France, interrogée par Mediapart, affirme avoir « contesté la mise en demeure et rappelé les différentes mesures d’organisation du travail nécessaires à l’exploitation de matériel avec un conducteur seul à bord » à l’inspection.