Au procès du 13-Novembre, le témoignage sous tension d’un policier belge

Quatre accusés ont refusé de comparaître devant la cour d’assises, jeudi, après la décision d’anonymiser les policiers belges. L’un de ces enquêteurs n'a pas voulu répondre aux questions qui touchaient les failles de l’enquête belge.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« Alors, nous pouvons constater qu’il nous manque quatre accusés dans le box, a résumé Jean-Louis Périès, président de la cour d’assises spéciale de Paris. Il s’agit d’Osama Krayem, Salah Abdeslam, Sofien Ayari et de Mohamed Abrini qui ont refusé de se rendre dans la salle d’audience pour protester contre l’absence des policiers belges. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal