A Villeurbanne, comment le centre-ville populaire des Gratte-Ciel résiste à la gentrification

Par Nicolas Barriquand et Mathieu Périsse (Mediacités-Lyon)

Prisé des Lyonnais pour ses prix abordables et sa qualité de vie, le quartier des Gratte-Ciel de Villeurbanne voit ses prix exploser mais échappe pour le moment à la gentrification, grâce à des choix politiques historiques et à une forte présence publique. Pour combien de temps ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La perle rare, à 15 minutes de métro du centre de Lyon. Il y a quelques mois, Géraldine et son mari ont acheté un appartement dans le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne. Un T3, avec deux chambres, à quelques rues de l’avenue Henri-Barbusse et des deux tours emblématiques qui en ornent l’entrée. De quoi satisfaire ce couple de trentenaires et leurs deux enfants. Attablée à la terrasse de la Brasserie du Théâtre, la jeune femme est intarissable sur « le côté village » de ce quartier « à taille humaine ». Mention spéciale pour les nombreux commerces : « On a même un magasin de jeux de société, une poissonnerie, une épicerie bio », se réjouit-elle.