Christian Paul: «La défiance naît du non-respect des engagements»

Par

Candidat face à Cambadélis au poste de premier secrétaire du PS, le député de la Nièvre détaille les enjeux du congrès de Poitiers, les perspectives incertaines de la gauche de gouvernement et son souhait de voir émerger une «prochaine gauche».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et maintenant ? Après le vote des motions par les militants du PS, où le texte signé par Manuel Valls et Martine Aubry derrière Jean-Christophe Cambadélis a obtenu une nette majorité, le congrès de Poitiers (5-7 juin) pourrait être l'occasion de lancer le « deuxième temps » du quinquennat. Candidat au poste de premier secrétaire lors d'un second vote militant ce jeudi, Christian Paul ne cache pas sa circonspection face à la période politique qui s'ouvre.