A l’Elysée, une conseillère de Macron défend les intérêts du lobby qu’elle a dirigé

Par

À la demande de l’Élysée, la filière viticole s’apprête à rendre public un plan de prévention contre l’abus d’alcool. Problème : la conseillère de Macron sur le sujet est l’ancienne lobbyiste de cette filière. Elle a continué de suivre le dossier depuis la présidence de la République sans se déporter. Illustration d’un conflit d’intérêts grand cru au sommet de l’État.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De l’aveu même du lobby viticole, le moment est « historique ». Après des années de bataille avec les pouvoirs publics, les producteurs et distributeurs de vin se voient enfin reconnus comme des interlocuteurs de choix sur les questions de prévention de l'abus d'alcool, un fléau qui tue 49 000 personnes par an en France. Dans les prochains jours, à l'appel de l’Élysée, l'association Vin & Société, officiellement référencée comme un lobby « représentant 500 000 acteurs » de la filière, va rendre un rapport public corédigé avec les distributeurs de bières ou de spiritueux.