L'avertissement lancé par l'ONU à la France de Nicolas Sarkozy, ce 27 août 2010, mérite d'être médité: l'Etat français devrait, «lorsqu'il aborde des questions liées aux composantes ethniques, raciales, culturelles ou étrangères de sa population, affirmer dans ses discours et ses actions toute sa volonté politique en faveur de la compréhension, la tolérance et l'amité entre nations, groupes raciaux ou ethniques». C'est donc une nouvelle volée de bois vert que choisit d'envoyer la communauté internationale aux autorités françaises.