Les dérives des ex-flics de la Sarkozie

Bernard Squarcini, l’ancien patron du renseignement intérieur, et Christian Flaesch, l’ancien patron du 36, quai des Orfèvres, sont placés en garde à vue dans une affaire de trafic d’influence. Une fâcheuse habitude chez les anciens policiers ayant servi Nicolas Sarkozy et reconvertis dans le privé.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les ex-grands flics de la Sarkozie se serrent toujours les coudes et ont du mal à se défaire des habitudes prises sous les ors de la République. C’est en tout cas ce que tendent à démontrer les derniers rebondissements judiciaires qui secouent l’univers policier. Lundi 26 septembre, Bernard Squarcini, ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, aujourd'hui DGSI), a été placé en garde à vue dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour « violation du secret de l’instruction », « entrave aux investigations », « compromission », « violation du secret professionnel » et « trafic d’influence ». De même que, comme l’a révélé RTL, Christian Flaesch, l’ancien patron du 36, quai des Orfèvres, siège de la police judiciaire parisienne.
Le premier, surnommé « le Squale », avait été débarqué au lendemain de l’élection de François Hollande. Bernard Squarcini payait là sa très grande proximité avec Nicolas Sarkozy. Il s’était alors reconverti dans le privé en fondant sa propre société d'intelligence économique, baptisée Kyrnos.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Afrique — Reportage
par Gwenaelle Lenoir
Afrique — Reportage
par Gwenaelle Lenoir
Écologie — Reportage
par Mathieu Périsse (We Report)
Portfolio
par La rédaction de Mediapart
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Écologie — Enquête
Le lobby du bois exotique à l’assaut des JO de 2024
Après un intense lobbying, la Société de livraison des ouvrages olympiques a autorisé l’utilisation de bois tropical pour des aménagements du futur village des athlètes, en Seine-Saint-Denis. Des industriels s’en réjouissent alors que la protection des forêts tropicales est un enjeu majeur pour le climat.
par Jade Lindgaard
Afrique — Enquête
Bois contre mercenaires russes : comment la Centrafrique a bradé une forêt au groupe Wagner
Depuis 2021, Bois Rouge, une entreprise liée au groupe militaire privé Wagner, bras armé officieux du Kremlin, exploite une forêt à l’ouest de la Centrafrique. Elle bénéficie d’un étonnant traitement de faveur de la part des autorités, et œuvre parfois au mépris de la loi.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Maghreb
En Tunisie, l’hyperprésident fait adopter sa Constitution, malgré une forte abstention
Le référendum constitutionnel de lundi a été approuvé par une écrasante majorité des électeurs tunisiens, avec un taux de participation de 30,5 %. Les opposants au président Kaïs Saïed dénoncent un processus illégitime. Mais son  premier défi sera économique en raison des conséquences de la guerre en Ukraine.
par Lilia Blaise
Europe — Reportage
Vienne, capitale de l’urbanisme « sensible au genre »
Depuis 30 ans, la capitale autrichienne cherche à assurer un partage équitable de l’espace public entre hommes et femmes. Aménagement des parcs, trottoirs, éclairage : pionnière de cet urbanisme « sensible au genre », la ville est mondialement reconnue pour sa qualité de vie.
par Vianey Lorin