Sarkozy, Juppé, Fillon ont tous œuvré pour la guerre en Libye

Par

Adversaires à la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Alain Juppé étaient en 2011, respectivement président de la République, premier ministre et ministre des affaires étrangères. Aujourd'hui, seul l’ex-chef de l’État se félicite encore de la guerre en Libye.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont trois. Trois candidats à la primaire de la droite et du centre à avoir joué un rôle actif dans l’intervention française en Libye, en 2011. L’un était président de la République, l’autre premier ministre, le troisième venait de succéder à Michèle Alliot-Marie au ministère des affaires étrangères. Chacun à leur façon, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Alain Juppé ont farouchement défendu la campagne de bombardements aériens, menée avec la Grande-Bretagne de David Cameron, qui a favorisé le renversement de Mouammar Kadhafi, confronté à une rébellion armée.