Les femmes poussent les portes de l’islam français

Par

Absentes des instances de décision, des femmes veulent faire entendre leur voix dans le chantier de la réforme de la gouvernance de l’islam en France. Le Conseil français du culte musulman (CFCM), créé en 2003, n’en compte aucune parmi ses administrateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’un des enjeux de la réforme de la gouvernance de l’islam en France lancée par Emmanuel Macron : faire entendre la voix des femmes et des plus jeunes, dans des instances très majoritairement masculines, tenues par des représentants des pays d’origine. Car, l’avez-vous remarqué ? Une fois de plus, ceux qui prennent la parole sur ce sujet public sont presque tous des hommes.