Après l'affaire DSK, le PS n'appelle pas à manifester contre les violences faites aux femmes

Par

Dans les cercles féministes, c'est une première: le PS n'a pas signé l'appel unitaire à manifester contre les violences faites aux femmes le 5 novembre. Un contre-coup de l'affaire DSK qui n'en finit pas de tétaniser la maison socialiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C'est une première»: de mémoire de féministe, jamais le Parti socialiste avait refusé d'appeler à manifester contre les violences faites aux femmes. Mais le PS n'a pas signé le tract unitaire pour le défilé prévu le 5 novembre à Paris. Seule sa commission droits des femmes a apposé son paraphe. «Cela n'était jamais arrivé depuis que le collectif national droits des femmes existe, en 1996», explique Maya Surduts, organisatrice du rassemblement. «La raison officielle est un désaccord sur une des revendications», en l'occurrence l'octroi du droit d'asile pour les femmes victimes de violences sexistes, poursuit-elle.