UMP : le gloubi-boulga du scrutin interne

Par

Sauf surprise de second tour, le nom du nouveau président de l’UMP sera connu samedi soir. Les 268 337 adhérents du parti ont 24 heures pour désigner leur patron par vote électronique. Après le fiasco de 2012, l’UMP n’a plus le droit à l’erreur. Pourtant, le scrutin s’annonce encore épique. Vrais-faux électeurs, risques de bugs, fichiers incomplets…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Croiser les doigts très fort. Et prier pour que tout se passe bien. Après le fiasco de l’élection interne de 2012, l’UMP n’a plus le droit à l’erreur. Le vote électronique qui se déroulera du vendredi 28 novembre à 20 heures au samedi 29 novembre, même heure, pour désigner qui de Bruno Le Maire, Nicolas Sarkozy ou Hervé Mariton prendra la tête du parti, ne doit souffrir aucun soupçon de fraude.