«On se croyait dans un congélateur»: voyage au cœur de la précarité énergétique dans le 93

Par

À l’inverse des « gilets jaunes », ils sont les invisibles victimes de logements inadaptés au changement climatique et les grands oubliés de la programmation énergétique dévoilée par Emmanuel Macron mardi 27 novembre. Prisonniers de domiciles qu’ils n’ont pas les moyens d’améliorer, ils paient le prix d’une politique fondée sur l’initiative individuelle. Des voix s’élèvent pour rendre obligatoire la rénovation des bâtiments.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il craint la pluie par peur que les gouttes ne glissent dans le trou de son plafond et ne s’écrasent sur le sol de la salle de jeux. Elle consume tout son argent en factures d’électricité et grelotte dans son lit. Il fait plus froid dans sa chambre que dehors. Elle compte les jours qui passent depuis que ses radiateurs sont tombés en panne et que personne ne vient les réparer.