A droite, Valérie Pécresse vient gâcher le sacre de Laurent Wauquiez

Par

Le conseil national des Républicains, qui s’est tenu ce samedi, devait consacrer Laurent Wauquiez à la tête d’une droite en reconstruction. Valérie Pécresse, en s’érigeant en première opposante, a révélé les divisions toujours vivaces de sa famille politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Valérie ! Valérie ! » scande un groupe de militants survoltés qui entourent Valérie Pécresse alors qu’elle fait une entrée fracassante dans la salle de la Mutualité, à Paris,où se tient depuis le matin le conseil national des Républicains. À la tribune, le centriste Jean Léonetti, chargé de présider le conseil, est obligé d’interrompre un discours quelque peu lénifiant sur la nécessité de l’unité en politique. Des sifflets fusent. La cohue provoquée par l’arrivée de la présidente du conseil régional d’Île-de-France rend inaudibles ses iréniques conseils. Valérie Pécresse aurait voulu gâcher le sacre de Laurent Wauquiez qu’elle ne s’y serait pas prise autrement.