La Parisienne Libérée : «Le châtiment de Chypre»

Au nom de la lutte contre les paradis fiscaux, nous imposerons l'austérité aux Chypriotes ! Tel est le mot d'ordre de l'Eurogroupe, mis en musique par la Parisienne Libérée. Vidéo dans l'article.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Au nom de la lutte contre les paradis fiscaux et sous prétexte de spécificité de l'île, il s'agit d'imposer aux Chypriotes des mesures d'austérité particulièrement brutales.
CONTEXTE

Chypre vient de faire l'objet d'un « plan de sauvetage » européen.
À chaque fois qu'un pays est brutalement frappé par la crise financière, nos responsables politiques déploient un discours stéréotypé : ce pays est un cas à part, il n'a rien à voir avec les autres (ni surtout avec le nôtre). C'est ainsi qu'après l'Irlande, la Grèce, l'Espagne et le Portugal, ils nous ont présenté Chypre comme un cas totalement spécifique. Certes le système bancaire de Chypre est particulier, mais justifier les mesures d'austérité qui lui sont imposées par la lutte contre les paradis fiscaux est tout de même un comble.
Surtout quand on sait que pendant la « fermeture » des banques (c'est-à-dire pendant que les retraits bancaires étaient interdits et donc que les Chypriotes n'avaient plus accès à leurs comptes), les capitaux internationaux qui profitaient des avantages fiscaux ont pu tranquillement fuir à l'étranger en passant par Londres ou Moscou.
SOURCES
En introduction, un extrait de la chronique de Jean-Marc Vottori publiée sur le site des Echos.
Les images marines qui illustrent ce clip sont extraites d'une vidéo intitulée «The Wrath of Aphrodite», tournée à Chypre par le réalisateur indépendant Evgenios Zosimov en décembre 2012 et publiée sous licence creative commons (CC-attribution).
En surimpression, on peut apercevoir certains des responsables présents à Bruxelles lors de la réunion exceptionnelle de l'Eurogroupe consacrée à la crise chypriote, le 24 mars 2013 (en particulier W. Schäuble, C. Lagarde, J. Dijsselbloem, P. Moscovici). Les citations de P. Moscovici sont extraites des vidéos de l'Union Européenne enregistrées lors de la même réunion à Bruxelles.

LE CHÂTIMENT DE CHYPRE

Monologue à l'Eurogroupe
Texte et musique : la Parisienne Libérée

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

France
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Violences sexuelles — Enquête
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Économie
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali