Fraude fiscale: les demi-mesures de Bercy

Par

Le projet de loi contre la fraude fiscale présenté par Gérald Darmanin est insuffisant pour équilibrer la politique de cadeaux fiscaux du gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Gérald Darmanin, le ministre de l’action et des comptes publics, en a fait lui-même la promotion sur les réseaux sociaux. Le projet de loi contre la fraude fiscale présenté ce mercredi 28 mars en conseil des ministres est l’occasion de montrer que le gouvernement n’entend pas plaisanter avec ceux qui refusent d’apporter leur contribution pleine et entière aux ressources de la collectivité. C’est surtout l’occasion de prouver que l’exécutif sait se montrer sévère avec les entreprises et les plus riches. La lutte contre la fraude fiscale serait alors le pendant des baisses d’impôts sur le capital, ses revenus et les bénéfices, mises en place dès le 1er janvier et qui ont tant de mal à passer dans l’opinion. Le taux d’imposition baisse, certes, mais l’État affirme qu'il va désormais s’assurer que chacun paie son dû.