Avec les brigades de dépistage franciliennes: «Le virus circule doucement, on peut s’en protéger»

Par

Les équipes de dépistage du coronavirus en Île-de-France rencontrent très peu de cas positifs. Celle d’Aubervilliers témoigne de l’efficacité des gestes barrières. Leur concepteur, le professeur Piarroux, plaide pour un maillage beaucoup plus serré de surveillance du virus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’immense hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans le XIIIe arrondissement de Paris a été au cœur de l’épidémie du coronavirus en France. Plus précisément son bâtiment Laveran, du nom d’un médecin français qui a découvert en 1880 le parasite à l’origine du paludisme. Au 3étage, se trouve le service d’infectiologie du professeur Éric Caumes, au 4étage, le service de parasitologie du professeur Renaud Piarroux. Des étudiants interrogent les visiteurs à l’entrée, un ascenseur sur trois est réservé aux malades du Covid-19, malades et soignants sont masqués, tout est calme.