Dans le bassin de Lacq, pluies acides, odeurs asphyxiantes et sentiment d’abandon

Par et

Malgré les alertes des riverain·e·s et des écologistes, des usines rejettent toujours plus que les normes autorisées. Une réunion publique d’habitant·e·s s’est déroulée jeudi 27 juin. Une assemblée générale historique de travailleur·e·s des usines du bassin se tient le 1er juillet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les picotements peuvent gratter jusqu’au sang, dit-il. Son avant-bras porte des traces de brûlures. Des dépôts noirs s’incrustent sur le toit de sa maison, sur le barbecue, dans le jardin, sur la terrasse. La gorge gratte. Le nez est sec. Les yeux pleurent tout le temps. Les maux de tête peuvent durer une demi-journée.