Benoît Hamon bien décidé à défier l’Elysée

Par

L’ancien ministre et figure de l’aile gauche du PS a réuni ses troupes ce week-end à Saint-Denis pour lancer sa campagne à la primaire. Dans son discours comme dans les coulisses, l’ambiance est au réquisitoire virulent contre le bilan du pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour sa rentrée, Benoît Hamon a fait feu sur le quartier général. L’ancien secrétaire d’État à l’économie solidaire du gouvernement Jean-Marc Ayrault et éphémère ministre de l’éducation du gouvernement Valls (avant d’en être démissionné, avec Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti) s’est essayé ce dimanche au costume du challenger de l’Élysée. Candidat à la primaire du PS pour désigner le futur candidat à la présidentielle, il a réuni ses troupes à L’Usine, un ancien site industriel pharmaceutique réaménagé en lieu festif solidaire de la Plaine Saint-Denis, en contrebas du Stade de France. Pendant plus d'une heure, devant plus de cinq cents personnes et dans une ambiance de meeting, Hamon a dressé un réquisitoire contre François Hollande et le bilan de son quinquennat, à huit mois de la présidentielle (lire ici son discours en intégralité).