Jean-Luc Mélenchon veut éviter les «pièges» de la rentrée

Par

La polémique sur le burkini et la focalisation sur les primaires sont analysées comme des risques pour le Parti de gauche et le candidat de « la France insoumise », qui faisaient leur rentrée à Toulouse. « Nous sommes le parti des gens raisonnables », répond Mélenchon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Toulouse.-  Ils s’étaient quittés en juillet après plusieurs mois de lutte sociale contre la loi El Khomri, ils se retrouvent fin août après un mois de polémiques sur le burkini et de couverture médiatique des divers nouveaux candidats aux élections primaires, tant chez Les Républicains qu’au PS ou même chez EELV. Les membres du Parti de gauche, principale structure derrière la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, faisaient leur rentrée politique en cette fin de semaine à Toulouse. Entre 500 et 900 personnes ont participé pendant trois jours à des ateliers, des formations d’élus ou bien assisté à de simples conférences à l’université Jean-Jaurès, avant de clore ce « Remue-méninges » par un « pique-nique des insoumis » dimanche, dans un parc situé à l’autre bout de la ville, qui a réuni environ 2 000 personnes.