Port du masque à l’extérieur: le gouvernement punit les zones rouges

Par

Le premier ministre a annoncé la généralisation du port du masque dans l’espace public à Paris, après Marseille ou Nice. Dans les lieux peu fréquentés, le risque de transmission est pourtant infime. En imposant de manière autoritaire des mesures injustifiées, le gouvernement risque de voir grossir les réfractaires à sa politique de santé publique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque fois, c’est avec le masque que le gouvernement trébuche. Une première fois en n’anticipant pas le besoin en masques, alors qu’une pandémie d'un nouveau virus respiratoire prenait corps en Chine. Une deuxième fois, au plus fort de l'épidémie en France, en assurant la population de son inutilité dans la vie quotidienne.